De lecture en lecture, j'ai le sentiment plus intime que les arguments en faveur d'un "safe place" global sont poussés par deux catégories d'utilisateurs opposés.

L'une, légitime dans ses craintes, parfois difficile à faire débattre mais argumentant *pour* la sécurité individuelles de tous.

L'autre, explicitement violente, argumentant contre les alternatives, et dont je suspecte que l'objectif soit de délégitimiser les propos des premiers en mêlant leur discours d'attaques.

1/

Follow

Je ne peux pas croire qu'en cherchant, par tous moyens (dont je remets la question de la pertinence ou de l'efficacité au débat), sa propre sécurité et celle du plus grand nombre, on puisse intelligemment tenir une position de violence envers d'autres groupes.

Je regrette que ces discours brouillés d'attaques, m'aient intuitivement placé dans une position de défense plutôt que d'écoute ou d'échange.

(Et navré pour l'orthographe du précédent message)

2/2

@kaiyou Tu viens donc de dire toi-même pourquoi les safe-spaces sont inefficaces sur une trop grande superficie.

Les safe-spaces seront à terme des bulles d'exclusion sur des caractères donnés, que ce soit l'orientation sexuelle, le genre, la couleur de peau pour rester dans les grands traits.

@fredbezies
Je pense que ce concept est acquis : oui, chercher la sécurité en présence d'individus ou de groupes violents non raisonnés nécessite de les exclure ou les incapaciter.

Ce n'est pas le propos de mon message, qui s'interroge plutôt sur la cause des violences lorsqu'on défend la sécurité. Je soupçonne une manipulation du discours, et je demande par qui.

@kaiyou les personnes qui disent protéger les autres en tirent parfois une forme de pouvoir.

Et c'est bien connu, le pouvoir est grisant...

Sign in to participate in the conversation
Mastodon

The social network of the future: No ads, no corporate surveillance, ethical design, and decentralization! Own your data with Mastodon!